Comment fonctionne la démocratie athénienne ?

Comment fonctionne la démocratie athénienne ?

La démocratie telle que nous en connaissons la définition (le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple), est partie d’un besoin des athéniens de ne plus subir la tyrannie de leurs dirigeants. La gestion du pouvoir d’Etat s’est donc organisée autrement afin de permettre à chaque citoyen de participer aux affaires politiques de son pays. C’est sur ce modèle que sont basés les pouvoirs de la plupart des Etats aujourd’hui.

Les institutions politiques de la Grèce

La démocratie grecque fonctionnait sur un système bien organisé, avec des institutions différentes chargées de remplir des rôles bien définis. On compte essentiellement cinq institutions qui en avaient la gestion.

L’ecclésia

Il s’agit du parlement du peuple. Tous les citoyens qui sont en âge d’exercer leurs droits s’y retrouvaient pour donner leurs avis sur une loi afin de la voter ou de la réfuter. Cela se faisait à main levée et le quorum pouvait atteindre environs 6000 personnes. En dehors du vote des lois, cette institution exerçait aussi ce que l’on nomme l’ostracisme. Les membres de l’ecclésia écrivaient le nom d’une personne qu’il fallait bannir de la cité sur un ostracon. Cela avait lieu une fois par an.  

La boulè

C’est le conseil des tribus de la Grèce. Il est composé de 500 membres à raison de 50 par tribu. Ceux-ci sont choisis au hasard chaque année sur une liste de volontaires et ne peuvent y siéger que deux fois non successives. Le rôle de la boulè est de recevoir les propositions de loi des citoyens, de les préparer afin de les présenter à l’ecclésia qui est charger de les voter.

La magistrature

Le mandat d’un magistrat peut durer entre un et plusieurs années. Il est élu par nomination, élection ou tirage au sort. Le rôle des magistrats consiste à veiller à l’application des lois de la cité. Ils ont l’obligation de fonctionner de commune voix. Une fois leur mandat arrivé à expiration, ils sont soumis à un contrôle, c’est l’euthynai.

L’Héliée

C’est cette institution qui est chargée des affaires de justice. Elle est composée de 500 héliastes tous tirés au sort. Leurs sièges sont renouvelables. Par contre, il fallait être âgé de 30 ans au moins pour en être membre.

L’aéropage

Le rôle de l’aéropage est similaire à celui de la magistrature, c’est-à-dire, veiller au respect des lois. La différence entre les deux se situe au niveau de leur constitution. L’aéropage est composée essentiellement d’aristocrates. En outre, son pouvoir est plus important. On peut même dire en tenant compte de son fonctionnement, que c’était l’institution faîtière, puisqu’elle ne rendait compte à personne.

La démocratie et la citoyenneté

Si au cours des quatre siècles qui ont précédé notre ère les citoyens athéniens pouvaient ouvertement participer aux votes et à certaines décisions importantes de leur pays, ce privilège n’était pas accordé à tout le monde. Il fallait pour cela naître d’un père lui-même citoyen et d’une mère née d’un père citoyen. En d’autres termes, les athéniens n’accordaient pas la citoyenneté aux personnes nées d’étrangers qu’ils appelaient les métèques. Toutefois, il pouvait arriver qu’un métèque obtienne le titre de citoyen s’il accomplissait un acte noble ou héroïque envers la société qui délibérait pour le lui accorder. Cependant, l’issue n’était jamais évidente. Les esclaves et les femmes étaient d’office exclus de ce droit.